Une nouvelle étude examine l’influence du stress au travail sur le risque d’accident vasculaire cérébral. Le stress est l’un des facteurs qui ne sont pas épargnés au salarié. Mais comment cela affecte-t-il notre santé ?

Une nouvelle étude examine l’influence du stress au travail sur le risque d’accident vasculaire cérébral

Le fait qu’il existe un lien significatif entre le stress au travail et les maladies cardiaques a déjà été suffisamment prouvé par des preuves empiriques. Afin d’établir une correspondance avec l’évolution des accidents vasculaires cérébraux, il manquait jusqu’à présent des ensembles de données constants.

L’étude se concentre en particulier sur le stress professionnel et le risque de subir un accident vasculaire cérébral. Au total, 138 782 participants à l’étude ont été accompagnés dans le cadre de ce projet ; la durée de l’étude a été comprise entre 3 et 17 ans.

Un autre facteur pertinent était la manière dont le travail était effectué et le stress psychologique qu’il impliquait. Les exigences ou les demandes professionnelles comprenaient la pression du temps, le stress mental et les difficultés de coordination. Des paramètres tels que le travail physique et le nombre total d’heures de travail n’ont pas été pris en compte.

Le secteur des services travaille dans des conditions stressantes

Les activités professionnelles passives ont été définies comme étant à la fois celles qui ont tendance à être peu exigeantes et celles sur lesquelles les travailleurs ont peu de contrôle. Les groupes professionnels tels que les gardiens, les mineurs et les autres activités artisanales doivent être affectés à cette catégorie. Les scientifiques et les architectes sont exposés à de faibles niveaux de stress. Dans ce secteur, les exigences ont tendance à être faibles, mais les travailleurs de ce type ont beaucoup de contrôle.

Les professions ayant une forte tendance au stress comprennent le secteur des services, en particulier les serveurs et les infirmières. Les travailleurs de ce secteur sont exposés à des exigences élevées et le degré de contrôle dans ce poste est généralement limité. Le groupe professionnel très actif comprend des médecins, des enseignants et des ingénieurs. Ils sont très demandés, par conséquent, ils sont soumis à beaucoup de stress. Ils ont également un degré élevé de contrôle et de responsabilité. Le pourcentage de participants à l’étude qui ont été exposés à un niveau de stress élevé allait de 11 % à 27 %.

Les chercheurs ont obtenu les résultats suivants : les employés qui sont exposés à des niveaux de stress élevés dans leur travail, en particulier dans le secteur des services, ont un risque d’accident vasculaire cérébral 22 % plus élevé que ceux qui sont soumis à de faibles niveaux de stress dans leur vie professionnelle. Les femmes qui ont un emploi stressant ont un risque d’accident vasculaire cérébral 33 % plus élevé que les femmes qui ont peu de stress dans leur travail. Les participants à l’étude ayant un emploi très stressant avaient 58 % plus tendance à subir un accident ischémique cérébral que ceux qui avaient un emploi peu stressant. L’accident vasculaire cérébral ischémique est la forme la plus courante d’attaque. Elle est causée par un blocage du flux sanguin qui empêche le cerveau d’être alimenté en sang en quantité suffisante. Les sujets qui ont été affectés aux groupes professionnels passifs et actifs n’ont pas montré de risque accru de subir une attaque.

Les femmes ont un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral

Les chercheurs ont calculé que 4,4 des risques d’accident vasculaire cérébral sont attribuables aux groupes professionnels qui ont connu des niveaux de stress élevés. Pour les femmes, le risque est passé à 6,5 %.

Sur la base de cette étude, il convient d’optimiser les conditions et de les tester. Les changements sur le lieu de travail tels qu’un plus grand contrôle du travail pour les travailleurs, un assouplissement de la prise de décision, une plus grande souplesse dans la conception des structures professionnelles ou le travail à domicile sur ordinateur, pourraient avoir un impact majeur sur la santé d’après un neurologue.